Parce que nous portons tous des masques de façon consciente ou inconsciente, j'ai décidé d'ouvrir mon cœur pour  te permettre de me mieux connaître.

Ah oui, comme je vais me livrer, je choisis volontairement d'utiliser le " tu ", plus simple et moins formel :-)

Alors si le " tu " te déranges, il te suffit de le remplacer par le " vous " :-)

Je  constate que dans notre société et dans le monde professionnelle, nous avons trop tendance à valoriser davantage le parcours scolaire, les études plutôt que le cursus personnel et le vécu d'une personne.

Alors que selon moi, ces deux facettes qui composent un être sont intimement liées et reliées nous permettant de façonner l'adulte que nous sommes.

Je prends aussi le temps  de me livrer sur quelques capsules de ma vie personnelle car sans ces expériences personnelles, je ne serai pas devenue la femme que je suis aujourd'hui : déterminée, intuitive, à l'écoute et empathique et surtout tolérante ; ni une professeur de Yoga passionnée et dévouée.

Enfin, exerçant le métier de professeur de Yoga, j'estime qu'il est important pour les personnes qui suivent mes cours de Vinyasa Yoga et, qui me font confiance, de me découvrir sans filtre.

Ainsi parce que nous avançons tous à notre propre rythme, et au rythme de notre âme, laisses-moi t'expliquer mon histoire personnelle en 3 parties :

  1. Mes influences dans tout domaine

  2. Les miracles existent 

  3. Mon éducation religieuse

  1. Mes influences dans tout domaine

Je m'appelle Lydia, née à Ambohijanaka un village proche d'Antananarivo à Madagascar.

Note géographie : Madagascar est la 5ème plus grande île au monde après l'Australie, le Groenland, la Nouvelle-Guinée et l'île de Bornéo.

Si tu projettes de voyager sur l'île rouge, sache que le peuple malgache est souriant et doté d'une dextérité manuelle que je n'ai jamais vu ailleurs.

Avec une nature riche et diversifiée, je te partage quelques variétés de faune et flore que tu pourras admirer à Madagascar comme le martin pêcher, le célèbre lémurien ou encore les baobabs (arbres mystiques et emblématiques du sud et de l'ouest).

IMG_9550[1].JPG
IMG_E9548[1].JPG
IMG_E9549[1].JPG

En donnant ce contexte, tu comprendras d'ors et déjà que j'ai une double culture franco-malgache.

Je suis restée à Madagascar jusqu'à l'âge de 7 ans.

Tu comprendras un peu plus loin, qu'est-ce qui fait que je suis restée jusqu'à cet âge.

Autre point sur moi ; si tu t'intéresses à l'étude de l'astrologique, je peux te dire que :

  • mon signe solaire est Vierge (Terre)

  • mon signe lunaire est Verseau (Air)

  • mon ascendant est Balance (Air)

  • mon descendant est Bélier (Feu)

L'étude de l'astrologie est un des outils que j'utilise pour aider mon âme à grandir et à s'élever mais aussi, à mieux connaître ma personnalité, l'image que j'ai de moi-même, l'image que les autres ont de moi et enfin l'image que je projette vers l'extérieur.

Attention je ne veux pas parler de  l'usage de l'horoscope qui selon moi (et cela n'engage que ma personne) nous éloigne de notre propre souveraineté.

Quels métiers aurai-je fait si je n'étais pas professeur de Yoga ?

Ayant un esprit d'analyse et aimant comprendre comment fonctionne le monde, l'univers, notre société, l'être humain, ces 3 métiers me correspondent :

  • archéologue,

  • criminologue ou psycho-criminologue,

  • et scaphandrier.

Quelles sont  les personnes qui m'inspirent ?

Il y a tant de grands hommes et de grandes femmes qui nous ont légué leurs sciences et leurs savoirs mais à choisir voici ceux qui m'inspirent dans leur parcours initiatique :

  • le peintre Léonado de Vinci. J'ai eu l'occasion de visiter les châteaux d'Amboise et du clos lucé, lieux où il a pu séjourner jusqu'à sa fin de vie. Ses chefs d'oeuvre sont magnifiques et uniques. Je suis admirative sur son intelligence artistique et son génie.

  • dans la même lignée, j'admire le sculpteur Michel-Ange de son vrai nom Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni. Quand tu regardes son art, c'est juste parfait, si précis et si harmonieux. Nul doute que son inspiration a un côté mystérieux et divin.

  • ensuite, le parcours du navigateur et l'explorateur, Fernand de Magellan, obstiné, ingénieux et n'écoutant que son flair de navigateur aujourd'hui il nous a laissé sa découverte, le fameux détroit de Magellan.

et en ce qui concerne mes inspirations féminines ?

  • la princesse Diana Spencer, de part son aura, son charisme féminine (douce, compatissante et élégante) capable de rassembler les foules. J'admire également son audace car elle fut la première personne de la haute noblesse à casser les protocoles en osant serrer la main d'un malade du sida (maladie méconnue dans les années 80).

  • l'autrice et conférencière Helen Keller. Bien que sourde aveugle à l'âge de 2 ans à la suite d'une congestion cérébrale, elle parvint à devenir la première personne handicapée à obtenir un diplôme universitaire. Je t'invite à lire son auto-biographie " l'histoire d'Helen Keller " de Lorena-A Hickok. Malgré ses limitations physique, elle nous donne une belle leçon de détermination et de ténacité.

  • la chanteuse et auteure-compositrice australienne Sia Furler " Sia " . Sais-tu que le tube " Diamonds ", interprété par Rihanna fut composé par elle-même en moins de quatorze minutes !! Juste fabuleux puisque le single rencontra un franc succès au niveau international. Pourtant son parcours fut rempli d'embûche. Elle s'est notamment confiée sur son problème d'addiction à l'alcool. J'apprécie cette artiste car malgré sa notoriété, elle reste discrète fuyant les scandales médiatiques. Ce qui prouve qu'une personne peut être célèbre, riche tout en étant humble et discrète.

Et en dehors de ma pratique de Yoga, qu'est-ce qui m'intéresse ?

J'aime cuisiner autant pour les autres que pour moi-même.

Préparer un repas me permet de me détendre, d'utiliser ma créativité et de découvrir de nouvelles saveurs :-)

Parce que je suis une personne curieuse avec une soif d'apprendre ; je  m'intéresse à beaucoup de sujets très variés comme les mythologies égyptiennes, grecques en passant par la géo-politique ou encore à l’ésotérisme et l'exotérisme, à la théologie plutôt judéo-chrétienne mais également à la neuroscience et au développement personnel. 

Sinon de façon plus légère, je suis fan du dessin animé " Baby Boss " (à chaque fois que je le regarde, je prends toujours plaisir à rire :-)

Il est important pour moi de nourrir mon âme d'enfance et mon insouciance à petite dose.

Autre point essentiel, dès mon enfance, j'ai su que je faisais partie de ces enfants qui devenait des adultes bien avant l'heure.

Je m'intéresse très tôt à des questions existentielles et, qui me nourrissent encore comme par exemple :

  • Est-ce que Dieu ou dieu ou dieux existe/existent ?

  • Si oui, quelles différences entre ces 3 homonymes ?

  • Est-ce que ma vie se résume à naître, grandir, réaliser des études, devenir propriétaire, profiter de la retraite et mourir ?

  • Quel est le but véritable de ma vie ?

  • Quel direction voudrai-je donner à ma vie personnelle et professionnelle ? 

  • Pourquoi y a-t-il tant de souffrances, de guerres, de violences, de morts, de cupidité sur terre ? (la réponse "..parce que c'est la vie " ne me suffisait pas !)

  • Si un dieu ou si Dieu existe pourquoi nous laisse t-il souffrir et mourir ?

  • Pourquoi dans le premier testament, on dépeint un dieu/Dieu comme un dieu jaloux et violent tandis que dans le nouveau testament on dépeint un dieu/Dieu tout à fait à son opposé ?

  • Y-a-t-il une vie après la mort ?

  • Que devient-on après que notre corps soit devenu en état de décomposition ?

  • Qu'est que l'âme ? l'Esprit ? A quoi correspond la trinité ?

  • Qu'est-ce que la résurrection ?

  • Est-ce que Jésus ou tout autre élu va venir pour rétablir la paix sur terre ?

  • Est-ce que le paradis et l'enfer existent ?

  • Dans la Bible on nous parle d'une bête sauvage, à quoi réfère t-on ?

  • Est-ce que le diable (Satan) existe ? 

  • Que signifie le chiffre 666 ?

  • Est-ce que des entités invisibles existent : Anges ? Démons ? Archanges ? Archontes ? les fantômes ? les maisons hantées ? Si oui, d'où viennent ces phénomènes paranormales ?

  • Qu'est-ce que le karma ?

  • Qu'est-ce que l'incarnation ?

  • Quels sont les cycles d'une âme ?

Tu comprendras dans la deuxième partie, qu'est-ce-qui fait que toutes ces questions théologiques m'intéressent.

Est-ce que j'ai un guru, un maître spirituel ?

Absolument pas !

Je respecte la notion de guru dans la culture indienne cependant je n'adhère pas à cette conception.

Pour moi, chaque personne que je rencontre dans ma vie peut m'aider à  prendre conscience de qui je suis.

En effet, j'adhère l'idée que les personnes que nous rencontrons nous renvoient notre propre reflet.

Chaque personne que tu vas rencontrer sur ta route sait quelque chose que tu ne sais pas. "

De plus, dans la 3ème partie tu comprendras encore plus pourquoi je suis réfractaire à cette idée.

orchidées
Chat siamois curieux

​2. les miracles existent !

La famille c'est comme les branches d'un arbre ; nous grandissons touts dans différentes directions mais nos racines sont les mêmes. "

Dans cette deuxième partie, tu auras compris je vais aborder le thème de la famille.

A la question, pourquoi suis-je partie de Madagasar à 7 ans ?

Tout simplement car je fus adoptée en 1989 par un couple français Lucien et Nicole.

Mon grand-frère biologique , Gérard et moi même nous avons étés placés dans un orphelinat appelé le "centre Fazako " dès notre plus tendre enfance.

Lorsque tu es un enfant adopté tôt ou tard, tu souhaiteras connaître ta propre histoire et tes racines.

Ainsi, mon grand-frère, Gérard et moi-même savions que nous sommes une fratrie de 5 enfants : Héry, Richard, Viviane, Gérard et moi-même (la cadette).

Nous savions aussi que notre mère biologique, Monique est décédés lorsque nous étions enfant (4 ans pour moi).

Et notre père biologique ?

Les seuls souvenirs que j'ai de Jean-Baptiste (mon père biologique) c'est que ce fut un homme travailleur, un bâtisseur avec ses propres démons.

J'ai appris en 2018 qu'il fut décédé en 2005.

Et, la chose qui me touche énormément, c'est que notre père biologique, Jean-Baptiste, nous a laissé un héritage à mon grand-frère et moi-même ; deux terrains pour nous deux.

Peut-être pensé t-il q'un jour nous reviendrions à Madagascar pour construire nos maisons et revenir sur la terre de nos ancêtres ?!?

Cette attention reste l'un de mes plus cadeaux car malgré notre éloignement, il a pensé à nous.

Et, il faut savoir que posséder des terres est signe de richesse dans un pays où la pauvreté prédomine.

Mais revenons en France, les années passent, et je m'intègre à la culture française, européenne, aux conditionnements, aux codes sociétales etc...

Jusqu'à devenir une citoyenne française lambda.

Il s'avère que mon grand-frère, Gérard, a toujours eu le désir de retrouver notre famille biologique.

C'est donc en 2012, durant un de ses voyages à Madagascar, qu'il a pu retrouver nos frères et sœurs, neveux, nièces, oncles, tantes, cousins.... de façon fortuite.

Etant donné qu'il fut acteur de ses retrouvailles, je lui laisse la plume en lui demandant de répondre à ces questions pour mieux comprendre comment cela a pu se faire 

Voici les questions que je lui ai proposé d'aborder :

  • Veux-tu me raconter en détails comment as-tu rencontré Viviane (notre grande sœur) pour la première fois ?

  • Comment as-tu procédé aux recherches pour retrouver la famille ?

  • Peux-tu aussi me dire ou décrire tes sentiments ou émotions que tu as ressenti ?

  • Qu’est-ce qui t’avais poussé à entreprendre cette recherche ?

Retour de l'expérience et des ressentis de mon grand-frère

"En fait, le processus de retrouver la famille tient plutôt du hasard que d'une démarche programmée.

 

Cela n'a été possible que grâce à la rencontre d'une dame (Madame Eugénie) qui tenait un salon de coiffure à Tana (diminutif d'Antananarivo).

En discutant avec elle de choses et d'autres, pendant qu'elle me coupait les cheveux, et pourquoi je ne parlais pas malgache.

 

Je lui expliquais que j'avais été adopté par des parents Français, que j'avais toujours de la famille à Madagascar, mais que je ne savais pas où ils habitaient.

 

Elle a trouvé cela triste et dommage, et m'a proposé de m'aider à les retrouver, vu que je connaissais déjà ma ville de naissance.

 

Nous avions donc fixé un rendez-vous le lendemain matin, très tôt, pour prendre un taxi et nous rendre à Ambohijanaka (à une dizaine de km de Tana).

 

Arrivé là-bas, à la mairie je n'avais que peu d'informations à leur donner : mon nom de naissance (Gérard Rasoloniaina), que j'avais un frère prénommé Richard et une sœur Viviane.

 

 

Notes : il faut savoir que dans une famille malgache, chaque individu porte un patronyme différent.

Ainsi le nom de mon grand-fère c'est Rasoloniaina tandis que le mien c'est Razanamiandrisoa (raza = ancêtres).

Oui, si les noms malgaches étaient acceptés au scrabble, ils remporteraient la palme d'or :-)

Tous les noms malgaches ont donc leur signification et comporte un sens littéral, ainsi qu'un sens figuré (voir lien ci-dessous)

 

 

 

Suite du retour de son expérience :

 

D'après leur registre, mon extrait de naissance se trouvait dans un petit village pas loin (Ankasina), et donc que la famille vivait probablement là-bas.

 

Arrivé à Ankasina, Mme Eugénie a demandé à toutes les personnes que l'on rencontrait, s'ils connaissaient un certain Richard et Viviane.

 

Et par le bouche à oreille, on nous a indiqué leur maison.

 

Viviane (notre grande sœur) fut la première personne que j'ai rencontré.

Une petite femme, pieds nu, de la boue sur le visage, en train de fabriquer des briques dans une rizière avec ses collègues (c'était son travail).

 

Quand elle m'a vu au loin, elle a accouru en pleurant et m'a serré dans ces bras... À part "boujour" en malgache on n'a pas vraiment échangé, c'est Mme Eugénie qui lui a expliqué la situation.

 

Viviane nous a conduit à la maison, où nous avons rencontré ceux qui étaient présents.

Richard et Hery (nos deux autres grands frères) sont arrivés peu après, ils avaient quitté leur travail exprès, car on leur avait annoncé la nouvelle (toujours par le bouche à oreille, car pas de téléphone).

 

Et au fur et à mesure de la journée, je faisais la connaissance des oncles, des tantes, cousins, cousines, etc... qui venaient des villages voisins.

 

Mes sentiments ce jour-là étaient partagés. Joie, tristesse, soulagement, frustration :

 

- La joie de me dire que j'avais enfin retrouvé ma famille de sang. Et une grande famille.

 

- La tristesse de voir leur condition de vie et de travail (Mme Eugénie m'expliquera plus tard que c'était normal, car c'était cela la condition de vie des paysans à Mada).

 

- Néanmoins, j'étais soulagé de savoir qu'ils étaient toujours en vie.

 

- Mais un peu de frustration, du fait qu'il n'y avait pas vraiment de dialogues ou d'échanges, vu qu'on ne parlait pas la même langue.

 

Mais ce qui m'a marqué et rassuré chez nos frères et sœur, c'était de les voir se soutenir entre eux, sûrement matériellement et dans l'éducation des enfants. Car Richard était veuf et Héry était divorcé.

 

J'étais aussi content de voir des sourires et de la joie sur leur visage, malgré leur condition de vie.

 

Voilà un petit résumé de cette première rencontre.

Chose qui se serait passé autrement et différemment, voir plus tard lors d'un autre voyage, si je n'étais pas passé par hasard dans ce salon de coiffure ce jour-là...

 

Bizarrement, j'avais toujours évité de parler aux gens que j'étais un enfant adopté.

Mais depuis peu récemment, je n'hésite plus et à ceux qui s'étonne de voir un nom polonais porté par un malgache, j'explique pourquoi."

Avant de poursuivre, j'aimerai te remercier mon grand-frère de t'être dévoilé car je sais que ce n'est pas un exercice facile pour toi.

Je suis heureuse d'avoir été adoptée et que toi aussi car savoir qu'une personne sur terre a vécu la même expérience que moi rend ma vie plus légère.

Je t'aime mon grand-frère et souhaite que tu puisses réaliser ton rêve le plus cher : repartir et vivre sur la terre de nos ancêtres.

Si tu as pu retrouver notre famille alors tout t'es possible !

Ainsi comme tu l'as compris, c'est donc en 2012 que mon grand-frère a pu retrouver et réunir notre famille malgache.

En ce qui me concerne, j'ai fait le pas de rencontrer pour la première mes frères et sœurs, neveux, nièces en décembre 2018.

Aussi étrange que ce soit, je n'ai aucun souvenir de mes grands-frères et sœurs depuis ma plus tendre enfance.

Nous savons tous que face à un traumatisme le cerveau trouve le moyen de s'auto-protéger.

Ces retrouvailles furent teintées de joies, de bonheur comme mon grand-frère mais frustrantes car ne parlant pas le malgache il m'était difficile de communiquer avec eux.

De plus, malgré nos ressemblances physiques indéniables ; un sentiment d'être des étrangers se fait sentir en moi même.

Cependant comme Gérard, mon grand-frère, savoir que nos frères et sœurs soient en bonne santé et qu'ils soient capables de subvenir aux besoins de leurs familles : me rassure.

Mes nièces réalisent des études et, ont des rêves plein la tête. Et, c'est juste formidable !

Je suis une personne qui respecte beaucoup les ancêtres et les aînés et, je sais au fond de mon cœur que nos parents biologiques décédés étaient également présents avec nous, et heureux que leurs enfants soient à nouveau réunis :-)

J'ai pu me recueillir devant leurs tombes, leurs adresser une prière de gratitude, d'amour et de pardon en leur disant combien je les aime.

Et, que même si leurs absences furent dures à gérer durant mon enfance et mon adolescence, aujourd'hui je suis en paix car ils sont à mes côtés et surtout leurs amours continuent à battre dans mon cœur.

Bien évidemment, j'ai mis du temps à accepter leurs absences.

Je suis passée par différentes phases : la colère, oui une colère contre la vie, contre ce dieu/Dieu qui prétend aimer sa création mais qui au final accepte la mort et la souffrance.

Je suis également passée par ce sentiment d'injustice : oui pourquoi moi ? Pourquoi mon grand-frère et moi avons été arrachés si brutalement à notre famille ? tant de questions qui m'ont permis de voir plus loin que le bout de mon nez et, de ma petite personne.

Puis, parce que mon cœur était prêt, je suis passée par cette phase d'acceptation où j'ai pu avoir la capacité de ressentir de la gratitude, de la compassion face à cette partie douloureuse de ma vie.

Nous oublions que la souffrance fait partie de la condition humaine et c'est par ces phases de douleurs et de souffrance que nous grandissons intérieurement.

Selon moi, il n'y a aucune souffrance qui ne peut être transcender. Néanmoins, pour arriver à cette acceptation, il est important de bien se connaître, d'être capable de s'intérioriser et de remettre en question nos vérités relatives.

Alors c'est à ce moment là que j'ai remercié la Vie, l'Univers de m'avoir insuffler la force d'avancer en faisant preuve de résilience.

J'ai remercié mes chers parents de m'avoir donné la vie. Je sais qu'en moi il existe toujours un petit bout d'eux : la combativité de mon père et le côté travailleur de ma mère.

Dans cette prière, je leur dis combien je les aime. 

Et que j'aurai désiré leur dire " je t'aime " de vive voix mais que la vie ne nous a pas laissé le temps. Et, il y a une raison à cela.

Je les ai remercié de m'avoir protéger et guider dans ma vie.

Car plus d'une fois, j'étais confrontée à la mort mais à chaque fois une puissance, une force invisible a été là pour me sauver par in extremis (à noter, que je n'adhère absolument pas à la notion "d'ange gardien").

Pourquoi je prends le temps de dévoiler cette partie de ma vie et de celui de mon grand-frère ?

Je constate que dans notre société, il y a tant de familles déchirées parfois pour des querelles futiles parce que l'ego empêche bien souvent de voir un problème sous un angle différent.

Même si je suis consciente qu'il n'existe pas de famille parfaite ; j'ai un conseil à dire suite à mon expérience : n'attends pas que tes parents soient décédés pour leur " je t'aime ", de les remercier pour tout ce qu'ils t'ont apporté de justes et de moins justes.

Prend le temps d'exprimer ton amour pour eux !

Sois authentique et vraie car exprimer l'amour est un chemin qui mène à la guérison.

Nous pensons à tord que le sentiment d'amour est quelque chose d'acquis.

Hors, c'est faux ; il faut l'entretenir  chaque jour tel une pierre précieuse.

Je te partage quelques souvenirs de nos retrouvailles à Noël 2018. 

IMG_1431.JPG
IMG_1428.JPG
IMG_E1147.JPG

Mon point de vue sur l'adoption

Entreprendre une démarche d’adoption est certes un projet noble, empli d’abnégation cependant c'est un vrai parcours de combattant avant de pouvoir accueillir un enfant.

Je pense aussi que si un couple veux adopter un enfant étranger n'ayant pas la même couleur de peau, il sera essentiel que ces futurs parents expliquent à ce dernier pourquoi il a une couleur de peau différent de ces camarades de classe. 

Lui expliquer comment répondre aux moqueries des autres.

Lui expliquer comment avoir du répondant et de la répartie face aux insultes car bien souvent les enfants sont le reflet des parents.

C'est aussi le cas pour les personnes lesbiennes et homosexuelles : expliquer pourquoi il ou elle vit avec 2 parents du même sexe alors que ses camarades ont des parents de sexe opposé.

Il est essentiel de se rappeler qu'aucun enfant adopté n'a rien demandé à la base.

Un point important, éviter d'endosser le rôle du sauveur en voulant à tout prix sauver la veuve et l'orphelin.

Ou encore choisir l'adoption par dépits juste pour combler l'envie d'être parent.

Je pars du principe que tout le monde n'a pas la fibre pour expérimenter une adoption.

Enfin, j'aimerai faire changer certaines mentalités.

Évite de faire ressentir ta pitié lorsque tu apprends qu'une personne a été adoptée.

De part mon vécu, à 99% : je peux déceler ce type de ressenti un " oh peuchère " ou un  "oh la pauvre elle n'a pas connu ses vraies parents " sur le visage de mon interlocuteur. 

Je suis clairevoyante et je suis capable de décrypter les expressions faciales d'une personne.

Et, cela m'énerve intérieurement.

Si bien que selon l'ouverture d'esprit de la personne j'adopte 3 comportements :

  1. si la personne me demande "...oh votre nom est polonais ! Etes-vous mariée à un polonais ?" Je lui dis "oui " pour lui faire plaisir et, je vois que la personne est satisfaite de ma réponse. La discussion se termine là et on passe à autre chose.

  2. je luis réponds de façon ironique "...non je viens du sud de la Pologne car il fait plus chaud..." la personne me regarde interloqué ne sachant pas si je suis sérieuse ou pas. Je rigole pour détendre l'atmosphère et, ensuite je lui explique le pourquoi.

  3. je lui dis cash "...j'ai été adoptée " et à 90% la personne se sent mal à l'aise et confuse car  elle ne s'attendait pas à cette réponse.

Je vais sûrement paraître dure pour certaines personnes mais aucun enfant adopté n'a besoin de ressentir de la pitié.

Etre adopté n'est pas une tare.

Aujourd'hui, je suis heureuse car ma vie personnelle est unique et riche.

Etre adoptée a été une bénédiction pour moi. Car c'est une belle leçon de vie !

Chaque jour je remercie l'Univers pour cette expérience dure et belle à la fois.

Je te partage quelques vidéos Youtube pour aller plus loin dans ces réflexions.

affiche d'amour
Champs de lavande

3. Mon éducation religieuse

Une information que je dévoile  rarement ... j'ai reçu une éducation religieuse puisque ma famille adoptive est croyante et pratiquante.

J'ai donc été élevée dans la religion des Témoins de Jéhovah.

Qu'est-ce que la religion des Témoins de Jéhovah ?

Pour bon nombre de personne, le seul mot qui vienne à l'esprit c'est " secte ".

Pour moi ce n'est pas le cas, et tu comprendras pourquoi je pense ainsi à la fin de mon exposé.

Je constate bien souvent que lorsqu'une personne n'a aucune connaissance sur un sujet, un thème plutôt que de faire des recherches, l'être humain a une fâcheuse tendance à se moquer facilement par ignorance.

Avant tout, les Témoins de Jéhovah sont issus d'un groupe né aux États-Unis dans les années 1870, connu sous le nom d'Étudiants de la Bible ; fondé par Charles Taze Russell.

Si tu veux en savoir plus sur cette personne, il te suffit d'aller sur Wikipédia et tu comprendras son idéologie religieuse.

En 1879,  Charles Tazes Russell commença à publier son propre mensuel : la Watch Tower (La Tour de garde).

En 1881, il fonda sa propre société d'édition, la Watch Tower Society, pour diffuser ses idées.

Son siège social se trouve à New-York dirigé par un collège central.

Quel est le but de cette religion ?

Chaque Témoins de Jéhovah a pour objectif de répandre la bonne nouvelle. 

C'est-à-dire qu'à un moment donné Jéhovah (nom de leur dieu) viendra rétablir la paix sur terre en détruisant et en supprimant " tout les méchants " et toutes personnes qui s'opposent à Jéhovah connu d'Harmagédon.

Alors oui à tes yeux cela te semble hilarant voir farfelue mais si tu penses ainsi c'est juste que ton ego prend le dessus sur ta conscience.

Savoir accepter les différentes croyances des uns et des autres sans jugement n'est pas chose aisée pour chacun d'entre nous.

Comment se déroule la vie d'un Témoin de Jéhovah ?

Il est à noter, que les membres de cette communauté mettent l'accent sur l'enseignement théocratique basé sur la Bible.

Ainsi, j'ai lu et étudié les 2 testaments (d'où mes questionnement théologiques dans la 1ère partie).

Enfant, j'ai participé aux différentes études de la Bible dans le but que chaque personne puisse se conformer à cet enseignement.

J'ai aussi fait du porte-à-porte (prosélytisme)  accompagné toujours d'un adulte (un parent ou un autre membre).

Pour être honnête, c'était un exercice que je n'aimais pas du tout car cela me stressait et la peur me faisait bégayer.

Parfois, j'ai dû faire face à des agressions verbales de certaines personnes qui étaient réfractaires aux Témoins de Jéhovah.

Le plus difficile, c'est lorsque je me retrouvais face à un camarade qui ignorait totalement mon style de vie et, qui ne s'attendait nullement à me retrouver devant sa porte un samedi ou un dimanche matin.

Comme dans chaque religion monothéiste et polythéiste : il y a des règles et des dogmes à suivre par les membres.

Ainsi les Témoins de Jéhovah ne fêtent ni anniversaire, ni Noël, ni Halloween, ni Pâques considérées comme des fêtes païennes.

Est-ce que mon frère et moi avons été malheureux et privés de cadeaux durant notre enfance ?

Négatif, puisque nous recevions des cadeaux en dehors de ces fêtes.

Noël reste donc un jour comme un autre pour les Témoins de Jéhovah.

Ceci dit lorsque nous constatons qu'aujourd'hui Noël est devenu une fête commerciale où l’opulence et la consommation sont devenus rois ; Noël n'a plus aucun sens pour la majorité des personnes.

Mes parents habitant à 800 Km de Marseille, je choisis en général de les voir à Noël pour partager simplement un bon moment en famille.

De plus, sommes-nous réellement sûr à 100% que Jésus soit né un 24 décembre ?

Ou est-ce que cette date fut choisie pour arranger certaines personnes du monde religieux ?

Un vaste débat...

En plus de ces règles, les Témoins de Jéhovah préfèrent se préserver avant le mariage donc pas de relation sexuelle avant l'union ; de ce fait le concubinage est aussi interdit.

Toutes distractions, divertissements avilissantes selon leur enseignement  sont prohibés comme la fréquentation des boîtes de nuit,la consommation de drogue, l'addiction à l'alcool, la cigarette, tout ce qui touche à la sorcellerie, la magie (blanche, noire, rouge), le spiritisme et l'occultisme sont considérés comme l'oeuvre de Satan.

Ainsi regarder des séries TV comme " Charmed " ou encore " Harry Potter " est banni.

Bon cela dit, si tu es sur un chemin d'éveil, pratiquer ces types de sciences parallèles n'aidera pas ton âme dans son évolution. De plus, si tu ne maîtrises pas ces sujets, tu peux très vite perdre pied et aussi la tête.

Notre enfance à mon grand-frère et moi-même était donc pieuse et empreinte d'abnégation.

Je me suis faite baptisée à l'âge de 15 ans à Orléans lors d'une assemblée générale.

Cependant, au bout de 2 ans je me suis rendue compte que mon choix était porté sur le fait de faire plaisir à mes parents et à une communauté religieuse.

Ces enseignements ne faisaient pas résonance dans mon cœur.

Petit-à-petit, j'ai délaissé les différentes études de livres. J'ai cessé de faire du porte-à-porte. Et, honnêtement, j'ai ressenti un soulagement intérieur.

Puis, j'ai attendu la majorité pour annoncer à mes parents que je ne souhaitais plus faire partie des Témoins de Jéhovah.

J'ai donc été excommuniée.

Cela signifie que je suis expulsée de cette communauté et, aucun membre ne doit rentrer en contact avec moi car je suis considérée comme une "personne du monde " ou tout simplement une personne non fréquentable et immorale à leurs yeux.

Comment l'ai-je vécu ?

Très bien, puisque à 20 ans, j'ai quitté le cocon familial pour démarrer ma propre vie de semi-adulte.

Et, devines ce que j'ai expérimenté ?

On va dire que ce fut ma période de vie de débauche aux yeux des Témoins de Jéhovah.

J'ai découvert les boîtes de nuits, les premières histoires d'amours et plaisirs charnels, la consommation d'alcool.

A cette période, j'étais dans une phase de découverte ! Tout était nouveaux pour moi.

J'avoue que quelques fois j'ai mis ma vie en danger mais étrangement j'avais cette voix intérieur qui m'aidait à ne pas dépasser la ligne rouge.

Je fus indépendante financièrement à l'âge de 20 ans : je payais donc mes propres loyer et factures.

Mais pour être honnêtement, je voulais démontrer à mes parents (Lucien et Nicole) que je pouvais m'en sortir sans leur aide et sans la sécurité d'être dans une communauté religieuse.

Je t'invite à regarder la série sur Netflix " Unorthodox " pour comprendre comment des dogmes, des règles, des rites peuvent être pesants pour une personne qui n'a pas choisi une voie religieuse.

Synopis : une femme issue de la communauté hassidique de Brooklyn fuit un mariage arrangé à Berlin. Alors, qu'un groupe de musiciens la prend sous son aile, son passé la rattrape.

Feuilles de pissenlit
Statue dans un jardin fleuri

Aujourd'hui quelle est ma relation avec mes parents adoptives ?

Et qu'est-ce que je pense de la religion des Témoins de Jéhovah et de toutes les religions ?

Parce que je me suis remise en question.

Parce que j'ai accepté que j'ai le droit d'avoir mes propres croyances et convictions.

Parce que j'ai accepté que je pouvais décevoir mes proches par mes choix et décisions : ma relation avec mes parents adoptives sont apaisées.

J'ai appris à regarder nos différents en acceptant qu'ils ont aussi le droit d'avoir leurs propres croyances.

Inconsciemment, les enfants ont tendance à mettre sur un piédestal les parents ; les voyant comme des être parfaits.

Hors, il n'existe pas de parents parfaits ni imparfaits.

Pour moi, on ne naît pas parent mais on le devient au fur à mesure que les enfants grandissent car chaque enfant a quelque chose à apporter au père et à la mère.

Ainsi, parce qu'ils ont choisi d'être Témoins de Jéhovah, est-ce que mes parents sont des mauvais parents ?

Absolument pas !

Mes parents s'épanouissent dans ce style de vie et, je respecte.

Aujourd'hui, je n'adhère à aucune religion quelle soit monothéiste, polythéiste, ou animiste etc...

Pour moi, toute les religions ont un enseignement dualiste : le bien contre le mal ; Dieu contre Satan, le paradis et l'enfer que je ne partage pas.

Je préfère choisir la voie du milieu.

Aujourd'hui, je vis ma spiritualité (je tiens préciser que religion et spiritualité sont deux points distincts) sans avoir besoin de dogmes, de règles, de rites, de sacrifices, de citer des mantras ou des " Om " ou des "Amen " à tout bout de champ.

Notes : je souligne que durant mes cours de Vinyasa Yoga, je n'ai pas besoin de commencer par un OM ou par des mantras. C'est mon choix et je l'assume.

Pour moi, vivre ma spiritualité c'est me connecter avec mon grand Soi, me connecter avec l'énergie première chaque jour et jusqu'à ma mort.

Je n'ai donc pas besoin de me prosterner devant un guru, un maître, une statue de Jésus, de Marie, de Krishna, de Bouddha, de Ganesh pour rentrer en communion avec ma partie divine.

Ceci ne peut s'expliquer par des mots mais ce vit intérieurement !

Pour moi toutes les religions se valent.

Chacune prétend aimer son prochain en voulant répandre l'amour sur terre mais au final chacune cautionne les guerres et les injustices.

Chacune se fait la guerre entre elles pour savoir qu'elle est LA meilleure religion.

C'est donc une histoire d'ego spirituel, de mensonges et de manipulations.

Cependant, ayant acquis un certain niveau de conscience, je sais que les religions ont une raison d'exister.

De plus, avoir fait partie des Témoins de Jéhovah m'a permis de :

  • savoir exactement ce que signifie avoir la foi

  • faire preuve d'honnêtement en tout temps (tu peux laisser ton porte-monnaie à un Témoin Jéhovah, il n'aura pas la curiosité de voir combien tu possèdes)

  • avoir une certaine moralité comme par exemple respecter mon prochain

  • éviter de voler même pour quelque chose de futile

  • éviter de mentir

  • faire de preuve de générosité (je me souviens que chaque fois que nous allions manger chez des personnes, mes parents prenaient le soin d'offrir quelque chose : un geste d'attention que j'ai gardé en moi)

 

Je veux terminer cette capsule de ma vie en remerciant mes parents de nous avoir adoptés mon grand-frère et moi-même.

"...Lucien, Nicole, papa, maman,

Merci d'avoir écouté votre cœur en faisant ce voyage jusqu'à Madagascar nous menant à nous.

Maman je m'excuse pour tous nos différents par manque de tolérance et de compréhension l'une envers l'autre.

L'une comme l'autre, nous avons nos propres blessures de petite fille due à une absence paternelle.

Personne n'a tord ou raison car il n'y a que des expériences d'âmes.

Je vous aime de tout mon cœur. "

Je voudrai aussi terminer en remerciant Marine L. (ma petite sœur de cœur que j'ai rencontré lors d'une colocation).

"....Merci ma grenouille pour ton écoute et ta tolérance car toi aussi tu as fait un choix de vie qui ne répond pas à la normalité sociétale.

Je souhaite que tu puisses connaître cette paix intérieure comme je peux expérimenter.

Et, même si nos vies venaient à être séparer car nous ne sommes pas éternelles : je t'aime et je serai là pour toi d'une façon ou d'une autre.

Crois en toi en faisant confiance à ta petite voix intérieur.

Et, c'est à ce moment là que le véritable amour se présentera à toi. "

Enfin merci à toi d'avoir pris le temps de me lire jusqu'à la fin.

Puisse-tu expérimenter un peu plus de tolérance, d'ouverture d'esprit et, d'amour au quotidien et dans ta vie.

Je te souhaite une longue vie, riche et prospère dans tout les domaines (perso, pro, spirituel et bien au-delà).

guépard
Predator ' s Love
Un chiot jouant avec un jouet

La résilience
est la capacité à faire face
aux adversités de la vie,
transformer la douleur en force motrice pour
se surpasser et en sortir fortifié.

Une personne résiliente
comprend qu'elle est l'architecte de son bonheur et de son destin.